Pour l’interculturalité et contre le racisme !

Festival À Films Ouverts : découvrez le programme 2019 !

À FILMS OUVERTS vous souhaite la bienvenue pour sa quatorzième édition. Proposé par Média Animation, ce Festival prend place du 15 au 30 mars, autour de la Journée internationale du 21 mars pour l’élimination de la discrimination raciale. L’édition 2019, c’est plus de 75 activités dans près de 30 villes et communes de Wallonie et de Bruxelles : une démarche décentralisée et participative rendue possible grâce aux nombreux partenaires culturels et associatifs qui se mobilisent.

A FILMS OUVERTS : LE CINÉMA POUR L’INTERCULTURALITÉ, CONTRE LE RACISME

Pour identifier les films qui susciteront le débat, les volontaires et les organisateur.rice.s qui encadrent le festival maintiennent une veille sur les sorties cinématographiques. Si la question du racisme est un sujet récurrent, force est de constater qu’au fil des années, le nombre de films qui s’en emparent n’a cessé d’augmenter. Des luttes pour l’égalité des afro-américain.e.s à la « crise » européenne des migrant.e.s, le cinéma accompagne les crispations caractéristiques de l’époque et s’affirme heureusement à contre-courant des orientations racistes qui semblent s’enraciner dans les politiques des États (des États-Unis à l’Italie face aux migrants ou du Brésil à la Chine à l’égard des minorités indigènes).

En Belgique, la politique migratoire conduit un policier à se sentir légitime lorsqu’il tire de manière « hasardeuse » sur une camionnette. Une fillette en meurt et le premier réflexe des médias est d’accréditer des explications tout aussi « hasardeuses » provenant des forces de l’ordre et d’incriminer les victimes. La camionnette aurait agressé la police, le bébé aurait été utilisé comme bouclier humain. Malgré ces mensonges et les contorsions sémantiques visant à masquer le fait qu’une enfant est abattue par un policier d’une balle dans la tête sur le sol belge, l’indignation citoyenne impose un autre discours. La fillette retrouve son prénom – Mawda – et les parents reçoivent enfin la compassion et la solidarité auxquelles toute personne frappée d’une telle injustice est en droit d’attendre.

Cet épisode tragique exprime à sa manière les enjeux qui attendent la société civile. Si l’État devait être garant de l’égalité et de la dignité contre les extrémismes et les violences, il semble désormais que c’est à la société civile qu’il appartient de (re)prendre les choses en main – sur le front des droits humains ou du climat – pour orienter et infléchir les agendas politiques. Des réalisateur.rice.s aux manifestant.e.s et volontaires, il s’agit de s’emparer des sujets qui comptent et cela pourrait commencer, pourquoi pas ?, dans une salle de cinéma.

Voir des films pour explorer la diversité

Que ce soit dans la Sélection « Intégration ou assimilation » ou la Sélection « Libre », le Festival À FILMS OUVERTS vous invite à aborder les thématiques de l’interculturalité et du racisme. Le cinéma de fiction ou documentaire permet d’aborder ces questions difficiles de manière à la fois positive et critique. Une trentaine de films longs métrages figurent au programme pour alimenter les débats et la réflexion.

Filmer pour s’exprimer

Depuis 2006, le Concours de courts métrages donne une large place à l’expression citoyenne. Les créations pré-sélectionnées seront projetées lors des vingt séances « Vote du public ». La dernière séance et la remise des prix se tiendront le samedi 30 mars 2019 aux Riches-Claires (Bruxelles) en présence d’un jury de professionnel.le.s de différents horizons, présidé par Olivier Meys (réalisateur).

Vous êtes intéressé.e.s par les questions qui animent le festival ? À FILMS OUVERTS vous invite à faire le plein d’idées et de rencontres !

Découvrez toute la programmation sur www.afilmsouverts.be

Daniel BONVOISIN & Cécile GOFFARD

Ceci peut aussi vous intéresser...

Le concours À Films Ouverts 2020 est lancé !

En donnant la parole aux citoyen.ne.s et aux associations, le Concours « À Films Ouverts » est un rendez-vous incontournable pour l’expression et la créativité autour de la (...)

Courts métrages + "Héros sans visage"

Le documentaire de Mary Jiménez est un parcours de trois moments d’une guerre pour survivre : Bruxelles, église du Béguinage : des migrants organisent une grève de la faim pour (...)