Parenthèse inédite

Un projet vidéo/expression traitant sur la période de confinement du point de vue des habitantes du quartier Basse-Enhaive à Namur

La parenthèse inédite, c’est le titre choisi pour ce documentaire réalisé et créé par des habitantes du quartier Basse-Enhaive à Namur pour concrétiser un travail de réflexions et d’ateliers d’écriture sur la thématique du confinement et de la période particulière vécue entre 2020 et 2022.

Dans le contexte compliqué et extraordinaire de ces années ou le virus Covid 19 a fait des ravages au niveau mondial, ce groupe de femmes à voulu entamer une réflexion sur les événements, laisser une trace de ce qui s’est passé en partageant leur vécu.

Dans un premier temps, des textes, des récits et des témoignages sont créés dans le cadre d’ateliers menés par le CPCP (Centre pour la Citoyenneté et la Participation) et la Maison de Quartier de Basse Enhaive. Puis, vers la fin 2021, quand les conditions sanitaires l’ont permis, le groupe s’est associé à Média Animation pour transposer ce travail écrit sous forme de vidéo documentaire.

Kadhija, Colette, Monique, Muriel, Jenny, Donatienne, Sarah (avec l’aide précieuse de Valérie, Anne-Sophie, Zakariya de la Maison de Quartier et Carine du Cpcp) s’initient alors aux techniques d’interview vidéo et à la prise de vue afin d’aller à la rencontre d’habitants et de recueillir leurs témoignages.

« Mes enfants étaient stressés et ils pleuraient facilement. J’ai même dû interdire à un de mes fils de regarder les médias car, ça l’angoissait trop » ou encore, « Ne pas pouvoir aller à l’hôpital comme je le souhaitais voir ma sœur qui avait un cancer ».
De la formation au tournage, en passant par l’écriture et le découpage, le film prends petit à petit la forme d’un documentaire de 22 minutes ou viendra s’ajouter la voix off de Donatienne.

Ce film ’Parenthèse inédite’ est la concrétisation de deux années de réfléxions et de tournage au coeur de ce quartier jambois. Il porte avec acuité la problématique d’une pandémie telle que ressentie par la société mais porte également son regard vers des aspects de solidarité et de vivre ensemble inédits et nés de la difficulté.

La méthode participative, base de la démarche d’éducation permanente, se retrouve au centre de la réalisation du documentaire.
Au delà de la tristesse et des difficultés vécues, la vidéo pose une question intéressante : "Que tirer de cette période où nos modes de vie ont été chamboulés ? Que retenir de positif pour l’avenir ? "

> ’Parenthèse inédite’

> Teaser du documentaire

> Encadrement des ateliers : Thomas Gilson de Média Animation

Ceci peut aussi vous intéresser...

"La dernière femme de Barbe Bleue"

Les participantes d’Education permanente de EYAD asbl, avec des apprenantes en FLE de l’Association Féminine Belgo-Turque ont travaillé, depuis septembre 2018, sur la (...)

Transmissions

« Qu’avons-nous reçu de nos mères et de nos grands-mères ? Qu’avons-nous à cœur de transmettre, ou pas, à nos enfants ? » Telle était la question de départ amenée par la (...)