Le charme discret de l’étranger

Ce mercredi 20 avril, Média Animation propose une réflexion sur l’image de l’étranger au cinéma dans le cadre du festival Cinéma des Cultures.

Si l’exotisme est le goût pour ce qui est étranger, le cinéma a toujours su l’exploiter pour pimenter les films et garantir le spectacle. Pour illustrer ce thème, l’animation propose une trentaine d’extraits de films. De Georges Méliès à James Cameron, du King Kong des années 30 à celui de Peter Jackson, du cinéma occidental au cinéma venu d’ailleurs, ils parcourent plus d’un siècle de fictions afin d’examiner à quoi sert l’exotisme et comment il a évolué.

A travers cette évolution et en s’appuyant sur le regard subjectif que pose le cinéma sur le monde, l’animation propose de réfléchir à la figure de l’étranger : la manière dont il est représenté et le rapport qu’il a entretenu et entretient encore avec le public à travers les personnages du 7ème art. Grâce à cette histoire, nous pouvons tenter de cerner l’évolution du rapport à l’Autre et comment le cinéma s’y adapte.

Ceci peut aussi vous intéresser...

Hollywood lave plus blanc

Sommaire Un cinéma « étrangers non admis » ? Des champs de coton aux studios de cinéma L’amer indien Moi Tarzan, toi James ! Le cinéma de propagande : un ascenceur pour les fachos Il (...)

Les stéréotypes au cinéma

Indépendamment des effets qu’il peut avoir sur le rapport avec l’autre, le stéréotype a une utilité importante dans la manière dont on appréhende le monde. En caractérisant les (...)

Persepolis : le degré zéro de l’altérité

Persepolis doit sans doute beaucoup au Prix du Jury que lui accordé le Festival de Cannes de mai 2007. Cette récompense, la première accordée à un long métrage d’animation, a (...)

René, un film d’Alain Cavalier

Mais au fil de sa carrière, il quitte petit-à-petit les chemins balisés du Grand Cinéma et profite de toutes les innovations technologiques pour se débarrasser des contraintes (...)