Sous le racisme, l’économie

Dans les métiers les plus pénibles et précaires n’y a-t-il pas une plus grande proportion de travailleur·euses issu·es de la « diversité » ? Certains pays ne sont-ils pas des centres de production inhumains et les poubelles du monde ? Pourquoi les Occidentaux sont-ils des expatriés lorsque les Africains sont des immigrés ?

Autour de la distribution du travail et des richesses s’observent des mécanismes de domination. Comment le cinéma rend-il visibles ou non ces relations d’inégalités et d’exploitation ? Voici la thématique qui animera l’édition 2020.

Le festival projettera notamment :

Chez Jolie Coiffure de Rosine Mbakam, documentaire, Belgique, 2019, 71’
La vie d’une petite culotte de Stéfanne Prijot, documentaire, Belgique, 2018, 60’
Green book de Peter Farrelly, drame/comédie, Canada, 2018, 130’
Amin Philippe Faucon, drame, France, 2018, 91’

Découvrir toutes les projections

Ceci peut aussi vous intéresser...